Où est la bienveillance ?

Bonjour à tous,

Je partage avec vous un sujet qui me tiens à cœur aujourd’hui : la gentillesse.

Gentillesse, bienveillance, valeurs faibles ou des fortes ?

A l’heure où il existe une journée de la gentillesse pour nous rappeler l’existence de ces qualités, dans une société où il faut lutter pour avoir du travail et le garder ; on pense que gentillesse et bienveillance ne nous concernent plus.  Nous sommes passé en mode de survie égoïste. Nous nous voilons la face pour avancer au détriment de son « karma » si je puis dire.

Oui, mais voilà nous ne sommes pas des bêtes féroces, nous sommes humains, altruistes et bienveillants envers nos prochains. Face aux: « Pourquoi tu donnes de la tune à ces gens ? », « Te fais pas ch… à faire ça pour eux on s’en fout !  » je dis STOP.  On ne comprend plus l’abnégation et la gentillesse. Dans les faits, il est anormal de ne pas dire « bonjour » à ces collègues dans les couloirs et de claquer les portes au nez.

Cet article est né d’une rencontre avec une vieille dame que j’ai aidé à se déplacer dans un bâtiment, cette dame était très émue par notre petit moment d’échange et d’entraide. Cela m’a bouleversé de voir à quel point on passe à côté des gens en les ignorant.

Etre gentille c’est naze

Etre gentil ce n’est pas faire un chèque déductible des impôts une fois par an à une association caritative…NON

On m’a reproché d’être trop gentille et sensible et il m’a fallu apprendre à me défendre et me protéger face aux agressions extérieures.  Il a fallu que j’apprenne à mettre des limites.  Pour autant, j’ai choisi de rester honnête et bienveillante et je pense que cela est une force. Cela me permet de travailler en confiance avec mes collègues mais aussi, dans la bienveillance et le respect. Plutôt que me refermer sur moi, je parle à mes voisins avec plaisir, je découvre des gens sympathiques et bien attentionnés (oui cela existe vraiment ! ).

Souvent, on me remercie pour des choses simples que je ne pense pas importantes mais, qui se l’avère l’être pour les autres comme partager ce que j’ai, proposer de l’aide, aller voir ma grand-mère, laisser la place aux personnes âgées ou aux personnes qui n’ont que quelques articles à la caisse du supermarché, ou encore passer faire un bonjour à une collègue. En fait, je remarque que l’inverse n’est pas toujours été réciproque mais que cela tient à se développer.  Etre bienveillant avec les autres les pousse à faire de même.

La bienveillance c’est savoir dire ce qui est positif et tenter de l’être le plus possible pour soi et les autres. C’est prendre soin des autres et leur donner de l’attention comme on aimerait que l’on fasse pour soi.

 

Il y a t-il un début à la bienveillance?

Cela commence dès l’enfance avec ses parents et à l’école si on nous rabâche que l’on est nul on fini par le croire que si on nous encourage alors on essaye jusqu’à réussir. On peut prendre patience avec ses enfants de temps en temps car on est fatigué, mais il faut ensuite revenir sur ce qui s’est passé et encourager nos petits. A long terme, les moqueries et critiques peuvent créer des blocages il faut donc y  prendre garde. Une étude montre même que toucher avec bienveillance (caresses, bercements et massages) sur les bébés développe davantage les activités cérébrales des nourrissons.

 

Pourquoi être bienveillant ?

Etre gentille avec les autres me satisfait je sais que je fais ce qui est juste et ce que j’aimerais que l’on fasse pour moi.

Faire du bénévolat dans des associations nous rend utile.

Etre bienveillant c’est traiter les autres avec respect  et attention; leur témoigner que l’on tient à eux.

Lors Une étude menée à Harvard en 2010 à travers 136 pays, les résultats ont démontré qu’être bienveillant:

• Rend heureux

• Produit des effets positifs sur le cerveau

• Entraîne une activité neurologique égale à celle ressentie lors d’un gain matériel

• Élève le taux de dopamine dans le cerveau

La gentillesse est même bonne pour la santé. Oui je suis sérieuse, l’American Physiological Society, à mené des recherches sur  les actes de gentillesse. Les actes gentils libèrent une hormone appelée ocytocine qui réduit risques d’inflammation et de maladie dans notre système sanguin. Avoir une bonne circulation sanguine chute le risque de maladie cardiaque.

Je vous partage un article fort intéressant à ce sujet :

La bienveillance améliore la vie et les résultats à l’université (c’est la science qui le dit!)

Et vous que pensez-vous de cela ? Quelles sont vos petits gestes pour les autres ?

 

Bien à vous,

Ange

 

 


Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.