Marilyn, l’icone

Norma Jean Mortenson qui a tant souffert enfant va marquer le cinéma,l’image de la femme dans le monde et inspirer de nombreux artistes. 

Vous comprenez, j’ai été élevée différemment des autres petits américains, car, en général, un enfant grandit en se disant qu’il sera heureux.

Marilyn Monroe

L’enfance de Marilyn

Norma Jean Mortenson est née le 1er juin 1926 à Los Angeles, de père inconnu et d’une mère fragile sans grand instinct maternel.

L'icone Marilyn en revue sur Lebocaldange.com

La petite fille sera très vite placée en famille d’accueil, avec très peu de visite maternelle. Une mère qui ne lui parle pas et la touche pas. Une mère dépressive, qui tentera de récupérer sa fille un temps mais un vain. La petite Norma Jean n’a alors que 7 ans et connaîtra de nombreuses familles d’accueil… Des “familles” pour quelques mois à chaque fois, des familles qui ne s’intéressent pas à l’enfant mais à l’allocation versé par l’état de Californie. Elle n’a pas de jouets, pas d’amis, de vieux vêtements et pas d’attache. Elle grandit dans la honte et la pauvreté.

C’est cette souffrance qui me touche tant chez Marilyn depuis mon enfance, tantôt cette tristesse tantôt cette espièglerie enfantine dans le regard, son regard qui parle tant pour elle…

Vers 12 ans, la future Marilyn est recueillie pas sa tante Anna Lower. “C’est la seule personne au monde que j’ai vraiment aimée, elle m’aimait.” 

A l’adolescence, son corps prends des formes et Norma Jean découvre qu’elle peut attirer l’attention, faire qu’on la remarque… enfin. Pas très scolaire, Marilyn va se marier a 16 ans pour éviter de retourner à l’orphelinat. Mais la vie de famille au foyer avec le ménage et les repas lui rappelle beaucoup trop l’orphelinat. Elle décide de travailler dans une usine tandit que son mari Jim Dougherty est marin. Un reportage photo se fait dans on usine et elle est imédiatement remarquée.

 

La naissance de Marilyn

Elle va alors commencer à travailler comme mannequin. Cela devient son seul centre d’intérêt et son mariage s’étiole. Puis, peu après comme actrice. Elle s’éclaircit alors les cheveux. Un travail d’image où les studios la transforment en sexe symbole, elle préférera la photo aux plateaux de cinéma.

 

L’argent ne m’intéresse pas. Tout ce que je veux c’est être merveilleuse.

Marilyn Monroe

 

Marilyn, une lueur espiègle dans le regard est l’incarnation du glamour hollywoodien. Elle possède une photogénie incroyable qui va la démarquer de tant d’autres. Elle va nouer des liens très forts avec certains photographes comme Milton Greene qui deviendra même son associé plus tard. La photographie où elle peut exprimer sa sensibilité et sa vrai personnalité faisant toute l’étincelle de certains clichés.

L'icone Marilyn en revue sur Lebocaldange.com

Elle travaille très dur, et ce durant toute sa carrière, prend des cours de chant, de danse et de comédie, et devient Marilyn MONROE. MONROE étant le nom de jeune fille de sa mère. D’abord cantonnée à des rôles de girl next door, elle finira par se faire remarquer dans le film “Quand la ville dort” de John Huston. La gloire en remède a sa souffrance d’enfant. Mais pourtant Marilyn manquera perpétuellement de confiance en elle, ce qui lui posera de nombreux problèmes incompris lors de tournage, des crises de panique interprétée comme des caprices…

J’ai toujours pensé que je n’étais personne. Et la seul façon pour moi de devenir quelqu’un… eh bien c’est d’être quelqu’un d’autre.

 

Marilyn et les hommes

Que serait le mythe Marilyn sans les hommes ? Voici une grande question, car ses histoires d’amour malheureuse vont forger le personnage.

Après un premier mariage caduc pour sortir du schéma de l’orphelinat et de la pauvreté. Marilyn qui plait, rencontre de nombreux hommes et se marie une seconde fois en 1954 à Joe Di Maggio une légende du baseball. Ce serait à l’heure actuelle comme épouser Zidane ou Thierry Henry…Ils ont 12 ans d’écart et ce qui lui plu chez Marilyn comme sa beauté et son impulsivité  finira par les mener au divorce car Joe ne supporte pas le corps dénudé de sa femme exposé.

En 1956, Marilyn se marie pour la 3ème fois à … Arthur Miller, l’auteur dramatique le plus engagé des Etats-Unis. Mais, des fausses couches et une aventure avec Yves Montand  aura raison de leur mariage. L’actrice dira de cette union “C’est un merveilleux auteur et un homme très brillant. Mais, je pense qu’il est meilleur auteur que mari.”

Marilyn tombera éperdument amoureuse de John Kennedy en 1961, une liaison dont elle sortira blessée au plus profond d’elle-même lorsqu’elle compris que le président n’y voyait que sexe.

Une blessure qui ne s’est jamais fermée depuis l’enfance et qu’elle chercha à penser avec la gloire et les hommes, mais elle se perdit au début des années 60 dans l’alcool et les médicaments tant elle fut désespérée.

Les chiens ne m’ont jamais mordue. Seulement les humains.

Marilyn Monroe

 

Marilyn maître de sa carrière

Comme vu précédemment, durant toute sa carrière l’actrice a pris des cours et travailler durement : Actor Studio ou encore avec les époux Strasberg.

Intelligente, le 16 décembre 1954 en compagnie de son photographe et ami Milton Greene, elle fonde le 31 décembre 1954 les Marilyn Monroe Productions, Inc. Une société de production et lance sa nouvelle carrière à New York, Milton Greene l’ayant convaincue de s’affranchir des grands studios qui lui donnent des cachets indignes de son statut.

 

L'icone Marilyn en revue sur Lebocaldange.coma

L’icone mourra le 5 août 1962 à Los Angeles, son décès sera toujours controversé entre suicide et théorie de complot politique.

 

J’espère que cet article dédié vous a plu, il y a tant à dire sur Marilyn et son entourage que je ne pouvait pas tout décrire ici mais éclairer ce personnage fascinant.

Si cet article vous a plu, je vous invite à lire celui sur Frida Kalho.

Bien à vous,

Ange

 

La filmographie impressionnante de Marilyn

1947 : Dangerous Years d’Arthur Pierson : Evie
1948 : Choisie entre toutes (You Were Meant for Me) de Lloyd Bacon : une jeune fille (non créditée) (non confirmé)165
1948 : Bagarre pour une blonde (Scudda Hoo! Scudda Hay!) de Hugh Herbert : Betty (non créditée)166
1948 : Alerte au ranch (Green Grass of Wyoming) de Louis King : une danseuse de quadrille (non créditée)167
1948 : Les Reines du music-hall (Ladies of the Chorus) de Phil Karlson : Peggy Martin
1949 : La Pêche au trésor (Love Happy) de David Miller : la cliente de Grunion
1950 : Le Petit Train du Far West (A Ticket to Tomahawk) de Richard Sale : Clara (non créditée)168
1950 : Tourment (Right Cross) de John Sturges : Dusky Ledoux (non créditée)169
1950 : Les Rois de la piste (The Fireball) de Tay Garnett : Polly
1950 : Quand la ville dort (The Asphalt Jungle) de John Huston : Angela Phinlay
1950 : Ève (All About Eve) de Joseph L. Mankiewicz : Claudia Caswell
1951 : Chéri, divorçons (Let’s Make It Legal) de Richard Sale : Joyce Mannering
1951 : Home Town Story de Arthur Pierson : Iris Martin
1951 : Rendez-moi ma femme (As Young as You Feel) de Harmon Jones : Harriet
1951 : Nid d’amour (Love Nest) de Joseph M. Newman : Roberta « Bobbie » Stevens
1952 : La Sarabande des pantins (O. Henry’s Full House), segment The Cop and the Anthem de Henry Koster : la prostituée
1952 : Chérie, je me sens rajeunir (Monkey Business) de Howard Hawks : Lois Laurel
1952 : Le démon s’éveille la nuit (Clash by Night) de Fritz Lang : Peggy
1952 : Cinq mariages à l’essai (We’re Not Married!) de Edmund Goulding : Anabel Norris
1952 : Troublez-moi ce soir (Don’t Bother to Knock) de Roy Ward Baker : Nell Forbes
1953 : Niagara de Henry Hathaway : Rose Loomis
1953 : Les hommes préfèrent les blondes (Gentlemen Prefer Blondes) de Howard Hawks : Lorelei Lee
1953 : Comment épouser un millionnaire (How to Marry a Millionaire) de Jean Negulesco : Pola Debevoise
1954 : Rivière sans retour (River of No Return) de Otto Preminger : Kay Weston
1954 : La Joyeuse Parade (There’s No Business Like Show Business) de Walter Lang : Vicky
1955 : Sept ans de réflexion (The Seven Year Itch) de Billy Wilder : la fille
1956 : Arrêt d’autobus (Bus Stop) de Joshua Logan : Cherie
1957 : Le Prince et la Danseuse (The Prince and the Showgirl) de Laurence Olivier : Elsie Marina
1959 : Certains l’aiment chaud (Some Like It Hot) de Billy Wilder : Sugar Kane Kowalczyk
1960 : Le Milliardaire (Let’s Make Love) de George Cukor : Amanda Dell
1961 : Les Désaxés (The Misfits) de John Huston : Roslyn Taber

Please follow and like us:

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.